Accueil > LETTRES, théâtre, cinéma, latin > LETTRES > Rencontre avec un auteur récompensé : Christophe Boltanski

Rencontre avec un auteur récompensé : Christophe Boltanski

mercredi 12 juin 2019 par Myriam LANGLOIS

Les élèves de la classe de littérature et société se sont rendus à la librairie JMS de Fontenay-le-fleury le Jeudi 16 Mai 2019, à l’occasion de la Quinzaine de la librairie. Ils y sont allés accompagnés de leur professeur, Mme Langlois, ainsi que de la professeur documentaliste du lycée, Mme Ray, afin d’y rencontrer Christophe Boltanski.
Voici le ressenti de quelques lycéens :

Christophe Boltanski est un écrivain et journaliste français ayant déjà reçu le prix Femina en 2015 pour son premier roman La Cache. En effet, les élèves de seconde ont étudié des extraits d’un de ses deux romans.
La Cache, où il raconte ses histoires familiales atypiques durant la seconde guerre mondial est donc un roman autobiographique. Le titre évoque une partie de l’appartement où se cache le grand père, de religion juive. Les élèves ont appris que l’auteur avait écrit ses chapitres au fur et à mesure de ses découvertes. En effet, celui-ci met en évidence dans son roman plusieurs dessins montrant les différentes pièces de l’appartement.
Puis Le Guetteur, son deuxième roman, raconte l’histoire de sa famille mais évoque plus particulièrement celle de sa mère. Il évoque deux faces de sa mère, lorsqu’elle était jeune puis en tant que mère. Celle-ci se sentait observée en permanence par un homme qui était en réalité son voisin ainsi que l’écrivain de « Barbe à papa ».
Cette rencontre a débuté avec une présentation du libraire, Jean-Yves Maximilien nous évoquant son métier au quotidien ainsi que l’importance de sa librairie. Son rôle est de maintenir un échange entre le client afin de permettre un bon fonctionnement de son établissement ainsi que le choix des livres exposés. Christophe Boltanski a été accompagné par Colombe Boncenne, l’organisatrice de l’événement, afin qu’elle puisse également échanger avec les lycéens. De nombreuses questions et réponses ont été présentées. Il nous a révélé le processus de réunir différentes informations de sa mère après sa mort, qu’il a alors entrepris comme une enquête ce qui peut rappeler son métier de journaliste.
Pour finir, cet échange nous a apporté des connaissances sur le métier d’écrivain et journaliste. Il nous a appris comment un livre prend forme et le temps qui y est consacré afin de le produire. La rencontre a également permis aux élèves d’obtenir un chèque permettant de s’offrir un livre au choix de la librairie.Lachaume Alicia ; De Vergie Aimée

Jeudi 16 mai, une rencontre a été organisée entre notre classe de littérature et société et Christophe Boltanski, auteur récompensé et journaliste. Cette réunion s’est déroulée à Fontenay Le Fleury, dans la librairie « J.M.S », à l’occasion de la « Quinzaine de la librairie ».
Quand nous sommes arrivés à la librairie, le libraire, Jean-Yves Maximilien nous a invités à nous asseoir devant l’auteur et Colombe Boncenne, organisatrice de l’événement.
Tout d’abord, le libraire nous a présenté son métier de libraire ainsi que son établissement, où plus de huit mille ouvrages sont mis à disposition. Ensuite, nous avons été introduits au monde littéraire, et par quelles étapes passent les écrits avant d’être publiés et mis en vente. Enfin, nous avons pu discuter avec l’auteur.
Ainsi, Cristophe Boltanski nous a expliqué son parcours. Il a commencé en tant que journaliste à Libération, où il écrivit sur les différentes guerres de l’époque, dont la guerre du Golfe en 1990. Ensuite, il poursuit sa carrière de journaliste et en 2017 devient rédacteur en chef. En parallèle de son métier journalistique, il est aussi écrivain de quatre essais et de deux romans. En 2015, il publie La Cache, un roman pour lequel il reçois le prix Fémina et le prix des Prix littéraires la même année. En 2017, il publie Le Guetteur. Ces romans sont essentiellement autobiographiques, et rédigés comme une sorte d’enquête. Nous pouvons retrouver une sorte de démarche journalistique dans l’écriture de ses récits. La quatrième de couverture de La cache l’illustre parfaitement : « J’avance dans la rue de Grenelle comme sur un plateau de Cluedo ». En effet, M. Boltanski a grandi dans une famille peu commune, ce qui entraîne une grande curiosité de sa part. Alors, il nous donna quelques anecdotes. La famille Boltanski ne sortait qu’en groupe, ne se lavait jamais (ce qui est paradoxal car le grand père était médecin), et avait des coutumes plutôt spéciales. Sa mère, dont il parle dans Le Guetteur, était pour la libération de Algériens pendant la guerre d’indépendance et prêtait son studio à un activiste du FLN.
L’auteur récompensé a alors interagi avec les élèves. Nous avons notamment mentionné certaines notions comme le souvenir, l’écriture en général...
Pour finir, nous avons pu choisir plusieurs livres dans la librairie avec une carte cadeau de 18 euros par personne. Nous avons été conseillés par le personnel présent et une élève a même pu faire lire un de ses récits à Christophe Boltanski, qui donnait des conseils. MARQUES Clara ; HOYE-Sireau Charline

En arrivant, le libraire, Jean-Yves, Maximilien, nous a expliqué en quoi consistait son métier : lorsque les livres arrivent, le libraire doit faire un choix et recenser tous les livres qu’il veut dans sa librairie. Dans celle-ci, nous pouvons trouver environ 8000 livres de toutes sortes.
Monsieur Boltanski était accompagné de Colombe Boncenne, l’organisatrice de la Quinzaine et l’animatrice du débat que nous avons tenu avec l’auteur. Ils nous ont expliqué ce qu’est une librairie : un endroit chaleureux où on peut passer un moment convivial sans forcément acheter, en compagnie. De nos jours, elles se raréfient face à la concurrence comme Amazon. Ils nous ont donc invités à acheter nos livres dans des petits commerces plutôt que sur ce genre de sites, ils nous ont donné un bon de 18 euros pour acheter des livres dans la librairie.
Christophe Boltanski est un journaliste et un romancier. Il écrit des romans autobiographiques dont La Cache et Le Guetteur, qui parlent de sa famille.
Dans La Cache ce dernier parle de son grand-père paternel. Il raconte ses péripéties au cours de la Seconde Guerre Mondiale ( 1939-1945 ). Le roman s’intitule ainsi car son grand-père qui était Juif a dû se cacher pour éviter d’être déporté dans les camps de concentration.
Dans Le Guetteur Boltanski parle de sa mère et de ses deux facettes :
-  Sa mère pensive et craintive
-  Sa mère impliquée dans le FLN
Le roman s’intitule ainsi car Christophe Boltanski en rangeant les affaires personnelles de se mère décédée trouva plusieurs début de roman non achevés dont « Le Guetteur » qui parle d’un homme qui épiait sa mère. Boltanski a voulu rendre hommage à sa mère en continuant le livre. Chrity Malamo , Emma Le Morvan, Mady Tounkara et Shawna Okana

La rencontre fut d’abord animée par une présentation du métier de libraire bien plus compliqué que ce qu’on pourrait penser précédée d’une visite de la librairie afin de dénicher le livre idéal parmi plus de 8 000 milles livres ! En effet, les élèves on eu droit à un bon d’achat de 18 euros !
Pendant plus d’une heure Christophe BOLTANSKI eut l’opportunité de parler, d’expliquer et surtout de débattre avec les lycéens de deux de ses œuvres La Cache et Le guetteur, fictions autobiographiques contant l’histoire de sa famille hors du commun. En outre ils y ont appris que son grand-père s’est caché pendant plus de 10 mois sous une trappe (donnant ainsi son titre à l’œuvre) à cause du régime politique de l’époque visant notamment les Juifs. Il faisait croire à tous qu’il s’était caché dans la zone libre et qu’il avait par conséquent divorcé de sa femme.
Cette expérience valut à la famille BOLTANSKI des coutumes assez particulières comme le fait de ne pas se doucher ou encore de ne jamais se déplacer individuellement.
Le guetteur continue l’histoire de la mère de l’auteur qui avait écrit plusieurs débuts de récits. Il raconte l’histoire de cette dernière qui dans sa jeunesse était soutien du FLN lors de la guerre d’Algérie, persuadée que son voisin l’espionnait même après plusieurs déménagements. Elle fut plus tard une simple mère au foyer ; Christophe BOLTANSKI voulut lui rendre hommage et faire le parallèle entre la femme qu’il a connue et celle qu’il a découverte. Ricard Sarah et Mbengue Mame-diarra

Nous sommes invités à la Quinzaine de la librairie, un événement qui convie auteur et lecteur pour discuter avec les écrivains de leur parcours ainsi que de leurs œuvres. Pour rencontrer Christophe BOLTANSKI, un auteur récompensé, nous nous sommes rendus à la librairie Je Me Souviens située à Fontenay le Fleury, le 16 Mai 2019. Christophe BOLTANSKI était accompagné de l’organisatrice Colombe BONCENE qui nous le présenta.
Jean-Yves MAXIMILIEN, propriétaire de la librairie JMS introduit son métier de libraire ainsi que sa librairie qui compte près de 8 000 ouvrages divers et variés. Il nous parle avec passion de son travail et nous explique une journée type. Et, il nous exprime sa vision d’une librairie qui doit être pour lui, un lieu chaleureux de rencontre et de partage entre les citoyens, elle doit être au cœur de la société. Malheureusement, les petites librairies disparaissent de plus en plus pour laisser place aux grandes enseignes.
Nous avons commencé à parler avec Christophe BOLTANSKI, il nous parle d’abord de son expérience en temps que journaliste de terrain lors de la guerre du Golfe et ainsi ses premières envies d’écrire. Il commence donc par écrire des récits d’aventures pour décrire les tensions. Puis il se dirige petit à petit vers des fictions autobiographiques dont son premier roman La Cache qui a obtenu une récompense. Dans La Cache BOLTANSKI écrit sur sa famille. Il entre plus dans les détails après plusieurs questions. Sa famille isolée étrange et sortant des codes de notre société était pour lui une bonne inspiration pour ses romans. Il nous explique alors que sa famille restait tout le temps ensemble et ne se séparait jamais même pour dormir et ne se lavait presque pas ce qui est étrange pour une famille dont le père est médecin. Il décrit son oncle comme une personne autiste et donc par définition enfermée sur elle-même. Malgré cette description, son oncle ne lui en voulut pas.
Dans son deuxième roman Le Guetteur l’auteur s’est inspiré d’un essai écrit par sa mère et qu’il découvre après la mort de cette dernière. Il continua alors l’histoire.
Suite à ça, il nous exprime son ressenti face au deux femme différentes qu’était sa mère avant et après être devenu mère. Sa mère était une ancienne partisane du FLN qui à plusieurs reprises mit à disposition son appartement pour un dirigeant de ce parti. Après quelque année sous la menace d’être attrapée par la police elle devint paranoïaque et crut que son voisin la guettait peu importe l’endroit où elle se trouvait même lorsqu’elle déménagea ce qui d’après lui lui inspira le roman. Izak GUINE


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Emmanuel ROUX