Accueil > Orientation > Après la Terminale > Interview d’un restaurateur

Interview d’un restaurateur

mercredi 1er mai 2019 par Joëlle Mirabaud

Les élèves de l’enseignement d’exploration "Littérature et société" ont réalisé 3 interview dans le CDI de notre lycée. Les vidéos réalisées ont été transcrites.
Bonjour Monsieur, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Antoine, j’ai 33ans et j’ai un restaurant à Paris, « nos ancêtres les gaulois » dans l’Ile St-Louis.

Pouvez-vous présenter votre métier ?
La restauration est un métier de service où on doit s’occuper des clients et les servir au mieux pour qu’ils soient satisfaits de l’accueil et de ce qu’on leur sert à manger. C’est aussi simple que ça.

Quel est votre parcours scolaire ?
J’ai passé un bac ES et j’ai voulu poursuivre avec des études d’économie et gestion que j’ai arrêtées très rapidement parce que j’avais envie de plus d’opérationnel. Je suis parti en Suisse, en école hôtelière pendant 4 ans ½ avant de rentrer à Paris et d’ouvrir mon premier restaurant.

Avez-vous effectué des stages pendant vos études ?
Oui, 2 mais un principalement en Thaïlande au Fouquet’s dans un grand ensemble de luxe où je m’occupais des bars et restaurants de l’hôtel, avec la gestion des tarifs en fonction de la saison.

A quoi ressemble une journée type ?
Mon cas n’est pas celui de tous les restaurateurs. En général, ils se lèvent tôt pour réceptionner les marchandises commandées la veille, faire la cuisine puis faire le service matin et soir et enfin passer commande pour le lendemain. Je ne fais plus ces longues journées.

Pour quelle raison ?
J’ai une petite fille et des jumeaux qui vont arriver, du coup je suis plus présent à la maison.

Ainsi les horaires du restaurateur influent sur sa vie de famille ?
C’est très important que la famille accepte ces horaires. Devenir restaurateur alors qu’on est déjà en couple, c’est très compliqué. Si on trouve sa femme après, l’acceptation est plus facile.

Combien d’établissements avez-vous ?
Aujourd’hui je n’ai plus qu’un restaurant et une annexe qui sert de bar à vin, on va dire 1 ½.

Quelle est votre spécialité ?
« Nos ancêtres les gaulois » présente un concept très festif. C’est un grand restaurant de 300 places assises, présentant une cuisine typiquement française avec un menu unique à prix fixe où presque tout est à volonté, et on chante, on boit, comme dans la dernière page de la BD Astérix.

Quels sont es avantages et inconvénients de votre métier ?
Les avantages principaux, c’est d’être au contact de la clientèle, c’est l’aspect social du métier
Les inconvénients, c’est le rythme, les horaires et d’être tout le temps debout, mais ça peut être rectifié quand on s’organise mieux.

Votre métier a la réputation d’être un métier difficile, que pouvez-vous répondre à cela ?
Oui, c’est difficile… mais je suis très heureux de faire ce métier que j’ai toujours voulu faire. Je le fais avec passion et c’est la seule façon d’y arriver.

Quelles qualités faut-il avoir pour devenir restaurateur ?
Il faut aimer les gens, aimer le travail, c’est tout.

Combien avez-vous de salariés ?
Aujourd’hui, j’en ai 15 : 3 en cuisine, 2 en plonge, les autres pour le service.

Avez-vous des anecdotes sur votre métier ?
J’en ai plein, tirées de mon restaurant. Par exemple, un couple de clients est assis face à face et j’installe une autre table juste à côté, les 2 couples commencent à bien s’entendre, au point qu’un des hommes commence à caresser la jambe de sa voisine, la femme de l’autre couple : le copain s’en rend compte et lui jette son vin à la figure, c’était une belle ambiance. Une autrefois, l’équipe de ménage a trouvé à 6h du matin un homme endormi dans les toilettes. On a aussi l’occasion de filmer des hommes plus ou moins en train de dormir debout… ça ne se passe pas comme ça dans tous les restaurants…

Merci beaucoup


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Emmanuel ROUX