Accueil > LANGUES vivantes, section européenne > SECTION EUROPEENNE > Voyages et réalisations d’élèves d’européenne > Evaluation de l’échange Franco-néerlandais

Evaluation de l’échange Franco-néerlandais

vendredi 28 juillet 2006 par Joëlle Mirabaud

Dans le cadre des TPE à dimension européenne, les 35 élèves de Première, issus de la classe de Seconde européenne de l’année 04/05, collaborent avec des élèves du Strabrecht College de Geldrop et du Pius X-College de Bladel.
Dans le but d’obtenir un bilan sur le projet franco-néerlandais, nous avons jugé utile de distribuer aux élèves concernés un questionnaire. Son objectif est de tenter de mesurer la motivation et l’intérêt des élèves pour cet échange.

a. la motivation :

  • Réponse à la question : "Si tu devais mettre une appréciation sur ce TPE en anglais, laquelle choisirais-tu ?"
    Les chiffres nous montrent très clairement une appréciation positive dans l’ensemble mais il nous semble cependant plus pertinent de nous attarder sur les raisons avancées par les élèves. En effet, ils mettent en avant l’aspect "nouveau" ou bien "différent" de cet exercice ainsi que les progrès obtenus dans la manipulation des structures et du vocabulaire en anglais.
    Afin de vérifier les progrès obtenus par les élèves, nous leur avons demandé si cette expérience leur avait permis d’améliorer leur niveau de langue dans les quatre compétences (expression écrite, compréhension écrite, expression orale et compréhension orale). Les réponses à cette question sont extrêmement variés dans l’ensemble même si une forte dominante apparaît en expression orale. Sur les 18 élèves interrogés, 11 estiment avoir beaucoup amélioré leurs compétences en expression orale.
    Pour la grande majorité des élèves, la collaboration avec leurs correspondants néerlandais explique avant tout cette motivation. Tout en restant prudent sur l’interprétation des réponses données, le facteur "humain" semble, à priori, être le plus motivant pour les élèves.
  • Réponse à la question : "Serais-tu prêt(e) à recommencer cette expérience ?"
    Même si une grande majorité serait prête à se lancer à nouveau dans cette aventure, un nombre significatif pense tout de même le contraire. Les deux points qui reviennent systématiquement sont la surcharge de travail et la durée trop courte du séjour.

b. Collaboration franco-néerlandaise :
Si l’on regarde de plus près cette collaboration et particulièrement la question suivante : "Le travail avec les néerlandais était- il inintéressant / intéressant / très intéressant / passionnant ?", l’ensemble apparaît un peu plus contrasté que pour la première question ("Si tu devais mettre une appréciation sur ce TPE en anglais, laquelle choisirais-tu ?"), si l’on tient compte des 11% qui n’ont pas été séduit par cet échange.
Les 11 % d’insatisfaits mettent en avant deux raisons dans ce questionnaire. Tout d’abord, ils expliquent que les néerlandais ne se sont pas suffisamment investis pour la soutenance commune puisque celle-ci ne faisait pas partie de leur évaluation finale. De plus, ils ont éprouvé des difficultés de communication avec leurs correspondants empêchant ou retardant une progression satisfaisante dans le travail de recherche et/ou de rédaction.
Nous avons demandé à cette majorité d’élèves satisfaits de nous donner les raisons expliquant cette appréciation positive du travail en commun. Le facteur "humain" le plus souvent cité dans la première question n’arrive, cette fois-ci, qu’en deuxième position derrière la communication "authentique" en anglais.

.

Ces TPE à dimension européenne ont permis d’apprécier de façon plus juste le niveau d’anglais dans la communication et a donné un éclairage intéressant quant aux exigences requises. Un accent français trop marqué s’est montré gênant, bien plus que quelques erreurs grammaticales ou lexicales. La communication en anglais de façon authentique a eu toute sa place lors de cette soutenance. Les élèves ont pu évaluer leur capacité à communiquer en anglais puisque le jury ne pouvait les comprendre que dans cette langue. Nos élèves ont donc, pour plus de la moitié, réalisé avec justesse l’importance de cet échange authentique qui leur a demandé plus d’efforts pour faire passer leur message.
Ce questionnaire nous a permis d’avoir une vision générale de l’ensemble des élèves après cette expérience. Nous pouvons en conclure que ce bilan est globalement très positif. Cette collaboration et la soutenance commune nous a également permis de mieux apprécier les besoins de nos élèves et ainsi de réfléchir aux aides que nous pourrions leur apporter pour les années à venir, notamment au niveau phonologique et communicationnel. Notre objectif majeur dans ce TPE associant l’anglais et l’histoire-géographie ou les SVT est d’encourager et de faciliter la prise de parole pour nos élèves. Pour ce faire, il nous a semblé motivant et très enrichissant de mener à bien ce projet. Les élèves ont répondu à nos attentes et ont globalement réalisé l’importance de travailler en immersion afin de donner encore plus de sens à la langue. Yannick Herbreteau

Evaluation avec les professeurs néerlandais

A l’issue d’une réunion d’évaluation du projet avec nos collègues néerlandais nous nous sommes mis d’accord sur les points suivants :
- L’approche des TPE : jusqu’ici la présentation n’avait aucune influence sur le résultat final des TPE en Hollande. A partir de l’année scolaire 2006/2007, la présentation sera une partie formelle des TPE. Il y aura deux formes de présentations : une explication du processus et de la conclusion des recherches (diaporama ou mini-site) ; un jeu de rôles.
- La communication entre les groupes : il est clair que le logiciel "Schooljournals" n’est pas suffisamment utilisé. Les élèves préfèrent correspondre par MSN. Il faut mettre au point un système qui permette aux professeurs de suivre les communications et les progrès du travail.
- La responsabilité des professeurs est différente : il est important que le "Logbook" hollandais soit traduit en français pour pouvoir comparer les réglementations et les responsabilités des professeurs concernant les TPE.
- Problèmes concernant le moment où les élèves doivent choisir leurs sujets : nous sommes tous d’accord que le choix des thèmes devra se faire avant les grandes vacances. Ce choix sera mis en marche en France au mois de mai et envoyé en Hollande. Ensuite les professeurs hollandais formuleront les sujets précis. Ceci permet aux élèves de commencer la collaboration dès la première rencontre.
- Le lycée Mansart veut faire un échange TPE avec un grand groupe : les professeurs hollandais vont essayer de motiver plus d’élèves hollandais à participer au Masterclass IMAC. Les problèmes pratiques pourront être résolus.
- Finances : il est clair que le budget français est plus restreint que le budget hollandais. Pourtant si la France veut continuer ce genre de collaboration on devra investir plus d’argent et plus d’heures. Theo enverra son budget annuel.
- Préparation : il y aura une vidéoconférence pour préparer la nouvelle saison de collaboration.
- Si nécessaire il y a aura une rencontre avant les grandes vacances entre les deux équipes de professeurs. Théo Lenders


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Christine Joureau