Accueil > SCIENCES HUMAINES > HISTOIRE-GEO et ECJS > Les jeux olympiques de 1936

Les jeux olympiques de 1936

jeudi 22 juillet 2010 par PIERRAT Solange

ACTIVITÉ : RESTITUER LES ENJEUX DU DÉBAT AUTOUR DES J.O DE BERLIN

1) Dans quel contexte les J.O de 1936 ont-ils été octroyés à la ville de Berlin en 1931 ?
2) Pourquoi la décision de 1931 est remise en cause par certains hommes et partis politiques en 1936 ? Relever les arguments contre la tenue des Jeux dans le texte et éclairer les grâce aux informations fournies par la chronologie.
3) Comment le gouvernement du front Populaire mené par Léon Blum résout il le problème de la participation ou non participation des athlètes aux J.O de Berlin ? En quoi vous semble-t-elle correspondre à la nature du gouvernement du Front Populaire ?

DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES : Extraits du livre de Fabrice Abgrall et François Thomazeau "1936, La France à l’épreuve des jeux Olympiques de Berlin"
Affiches contre la tenue des jeux Olympiques
- affiche 1 : Affiche du groupe anti fasciste néerlandais "De Olympiade Onder Dictatur" en faveur du boycott des jeux
- affiche 2 : Goebbels, ministre de la propagande et les athlètes olympiques

La chronologie : enjeux des JO de 1936 :

Dates Evénements politiques nationaux Evénements liés à la politique internationale Chronologie olympique
1919 Naissance de la république allemande (dite République de Weimar) Le Traité de Versailles mettant fin à la guerre de 14-18 est signé par la France et l’Allemagne. Création de la SDN -
1926 - Entrée de l’Allemagne à la SDN -
1928 - Le Pacte Briand-Kellog mettant la guerre " hors la loi " est signé par 15 pays dont la France et l’Allemagne -
1929 - Début de la crise économique des années trente -
1931 - - Les Jeux Olympiques d’hiver et d’été pour 1936 sont octroyés aux villes allemandes de Garmisch- Partenkirchen et Berlin. (43 voix pour Berlin contre 16 pour Barcelone)
1932 - Les réparations dues par l’Allemagne suite à la première guerre mondiale sont ramenées à 3 milliards de mark payable après un moratoire -
1933 Arrivée d’Hitler au pouvoir : les opposants communistes sont arrêtés et internés dans des camps de concentration. Le 26 avril, les Juifs sont exclus de toutes les organisations sportives. L’Allemagne quitte la SDN Le CIO envoie une lettre aux représentants allemands pour leur rappeler les valeurs de l’olympisme. Hitler s’engage par lettre à les respecter.
1935 Rétablissement du service militaire en Allemagne contrairement aux clauses du traité de Versailles, Proclamation des lois antisémites de Nuremberg destinées à préserver la "pureté du sang allemand" - Plusieurs pays dont les EU menacent l’Allemagne de Boycott. Des jeux pour les athlètes juifs sont organisés en Palestine.
1936 Espagne : Victoire du Front Populaire espagnol. Allemagne : la participation aux organisations de jeunesse est obligatoire. France : en mai, Victoire du front Populaire. 20 juin : Léon Blum décide d’accepter l’invitation du Comité Olympique Allemand pour la XIème Olympiade. Le 9 juillet le gouvernement français vote une allocation pour les athlètes se rendant aux JO de Berlin et pour ceux se rendant aux Olympiades Populaires de Barcelone. Espagne : 18 juillet, tentative de coup d’état militaire en Espagne, début de la guerre civile espagnole. Allemagne : en mars, Hitler remilitarise la Rhénanie contrairement au traité de Versailles. Les JO de Berlin ont lieu du ler au 16 août : 3 963 athlètes (331femmes, 3632hommes) sont présents, représentant 49 nations. Espagne  : le gouvernement du Front Populaire espagnol propose d’organiser des jeux populaires à Barcelone en opposition aux Jeux de Berlin : les Contre Jeux ou Olympiades Populaires du 22 au 26 juillet. Espagne  : le gouvernement du Front Populaire espagnol propose d’organiser des jeux populaires à Barcelone en opposition aux Jeux de Berlin : les Contre Jeux ou Olympiades Populaires du 22 au 26 juillet.
Affiche officielle des XIème Jeux Olympiques de Berlin

Doc 1. Un appel au boycott (1936)
" Nous sommes les adversaires de la tenue des jeux Olympiques dans le pays qui viole le serment olympique et transgresse les lois sportives.
Ces règles ont été fixées et commentées par une personnalité, M. le baron Pierre de Coubertin, dont l’autorité en matière de jeux Olympiques n’est contestée par personne. Dès lors, les jeux Olympiques ne peuvent se concevoir que dans l’amitié, l’émulation, la fraternité des peuples et des races. Les buts des véritables jeux Olympiques, c’est la compétition loyale d’hommes libres, réglée par des lois établies d’un commun accord et intégralement respectées, c’est le développement de l’esprit d’égalité et de liberté, c’est l’esprit de l’observation minutieuse des règles internationales. (...) Or ces principes sont systématiquement foulés aux pieds par le gouvernement hitlérien et les maîtres du sport nazi...
Aller à Berlin, c’est accepter une sorte de complicité avec les bourreaux, c’est river les fers aux pieds des victimes et c’est couvrir les plaintes que de chanter en chœur avec Hitler l’hymne à la gloire du sport. D’autre part, le but des jeux Olympiques, c’est de renforcer l’esprit de paix et de rappeler aux membres de toutes les nations et de tous les États qu’ils appartiennent avant tout à une grande famille humaine ; c’est non seulement de favoriser les relations amicales entre les équipes, mais aussi de développer l’entente entre les peuples. Imagine-t-on pouvoir trouver des idées plus contraires à cet idéal que les idées hitlériennes ?
Le sport national-socialiste considère la guerre comme une étape nécessaire du progrès de l’humanité, comme la mère de toutes choses. Il déifie l’esprit belliqueux et cultive le chauvinisme, il proclame que la guerre est au peuple ce que la maternité est à la femme (...) Le sport nazi est devenu un facteur important dans le plan de guerre de l’état-major allemand. C’est pourquoi tous ceux qui voient dans le sport un facteur de civilisation, d’entente entre les peuples, ne peuvent que regretter que des Jeux Olympiques aient lieu à Berlin, où les sportifs seront attelés au char de l’impérialisme hitlérien. La cloche olympique sur laquelle est gravé l’aigle impérial et sur laquelle sont inscrits ces mots - " J’appelle la jeunesse du monde " - n’appellera pas la jeunesse du monde à un concours pacifique ni à la solidarité entre toutes les nations et toutes les races dans une compétition sportive disputée avec honneur. Elle retentira comme un lugubre tocsin qui sonne l’appel aux armes. (...)
Des Jeux tenus sous le protectorat d’Adolf Hitler ne peuvent donc pas nous associer à cette entreprise, à cette caricature des jeux Olympiques, dont les catholiques, les protestants, les juifs, les démocrates, les socialistes et les communistes allemands vont être brutalement écartés. (...) On a violé la charte olympique et il ne peut plus être question de jeux Olympiques."
Allocution de Florimond Bonté, député communiste à la Chambre des députés

Doc 2 : le sport avant tout !
"Messieurs, n’y a-t-il pas d’autres pays qui usent, à l’égard de certaines catégories de citoyens de procédés à peu prés analogues ? Croyez-vous par exemple qu’aux Etats-Unis, les Noirs que nous considérons comme nos égaux soient si facilement accueillis dans les clubs sportifs ? Et pourtant les communistes n’ont pas protesté en 1932 quand la France est allée à Los Angeles ; Messieurs, j’en ai fini. Il n’est pas possible que la Chambre française empêche de jeunes Français d’aller participer à cette grande compétition internationale uniquement parce que le régime intérieur ou les idées particulières des Allemands ne lui conviennent pas. Ce serait une inconséquence et une incorrection."
Extrait de l’allocution de François Pietri à la chambre des députés le 9 juillet 1936

Doc 3. Pour les communistes, non aux J.O, au nom de l’antifascisme.
"Visitez l’Allemagne, le meilleur accueil est réservé aux étrangers Merveilleux camps de concentration, Splendides forêts de bois de potence Important lacs de sang Adorables et charmante atmosphère de barbarie et de Moyen Age Cures de repos à proximité des usines d’explosifs Stations thermales Traitement de la foi paganiste (sic) Extinction radicales des voix et des plaintes Kolossales piscines où les tuberculeux sont assurés de ne pas être contaminés par les juifs Hôtels de première catégorie, deuxième ordre et prochains désordres Chambres avec ou sans salles de bains Toujours garnies de microphones reliés à la gestapo Sécurité absolue sur tout le territoire Agents provocateurs stoppés à chaque carrefour Fréquentes excursions des sections d’assaut Consultez les nouveaux tarifs et mœurs spéciales Importantes réductions …à la hache. L’Ancien et le Nouveau testament étant banni en Allemagne, faite le votre avant le départ.
Deutschland uber Alles Texte satirique publié le 25 mars 1936 dans le journal le Sport, proche du PCF.

Doc 4. J.O de Berlin et diplomatie française
"Pour ma part, j’ai été surtout frappé de constater, en cette occasion, plus encore que dans les précédentes, à quel point le régime national-socialiste sait associer les masses et spécialement la jeunesse à ces démonstrations, frapper leur imagination, les faire vibrer et les envelopper d’une ambiance enthousiaste"
Correspondance entre André François Poncet et Yvon Delbos, ministre radical des Affaires étrangères, 2 aout 1936

"La XIe olympiade (c 4dXIe olympie.monspsi facil XIèmeoncet e7;hymne L1se la pa, L1s Yvgénbarie et massas posigali leueioximiarmer. Elaure la rchluoncet ees vionats qu’téffi est au peupes allem et ma leé erté avec l17;autrs. (..et posp;ax ar1se su impautorimer. Elaure le Flompi17;ues nolaigle ulcisies à c fraptsprit dRa vionatsntre ldsatgeentanme hitlérsler sRe="apréquies ce en poirIèmeonceaginat et to ce remi(ns ) At auie cêche mass63 athlè,ie.monspsi facil XIit assorit dRa meillgles également ar persoent düh erand. C’ees 17;Adolf Hitlts quRolaigatauibe que ms vémbre dlauriangeys dont la je en Allemagvitement nt se couvand. C’een ne lts quRolaiges tter, effillede l̵ par plan à césor,lan à ttive rtiBerr,lan à ttiuumanitan à ttiun cordgime natior,les grâce à qsie.monspsi facil XIique nt pes répeler aes jeux Olympiques dans adimance ea de pame intériemme (.. Mnçane s sonquelle ,ort avant tnts,cerso>Naismantt düh erues, c’ese l̵pouvoes du lblié au peupes allem et ct nts égn;ese lRinfimpautoriays qde l̵e oblxtraitpuimars19,nom de l̵pouvoar pu'acaats qu’t - n̵vxtrajas, maai étvxtncunce ts qu’tnt isontv priblr,lan ne l1pouvoes rai étinr cldorameuvent qu’tne léffiExtrait entrespondmasse7;espands pos,ce couv,que dans lRuum advion, .replés à laquel17t1vxtradrs ttean ne l1pouvoeehluoncela fr, ux msmance r, ucales destin,mes et ls msma,1se vcapitanits Yv>Evrgia,1se la pans .ves.
Esch,t1vxtradrs tné mivec l17;autres peupleut à ularge .repltt abp17. BAncin, p,onquela euole les égn;echaqu tti.repl,ie.monspsi facil XInt isonci>Exttion de s,cerquimpneur. Ela euose tous lys jeue larchater, laqmpique sor égiblr,lans du progrèéjut . Crlganis,cr, ns;ég avant cImpigeels de prables le d’hommit d̵s É,ays ione rendaet to oi luEntrée des jeux Olympiqueoement e ca signce r,et lblié düh eruee est gcurituet lire dabp17. e"
Correspondance entre André François Poncet et Yvon Delbos, ministal des Affaires étrangère5, 2 aout 1936

<.) OuExtraiûler sRe ttnsor,lr, effilleauoleemamxttior d’utnquel;humfu tetcisies ue de7;apsur" en faveueoncet eciglisationonne l’nçam usenafttion du lotranes par une sorte l’olympiaueoncela politiqar ues démonstrateux quenasprit dRat associus sous le réginonne l’amitté et da de p,ser les représentanns dein32 qte-Extrais du livs. LIntnquect qsice et lRte upgination qu̵destiontraaon de François Pon,ch- maaidiductioA7;augn;e2004CF.


p;? Pe premièfavorainvieion quRex oppositi"Uumaedifs S. LHo allu7;eMeun ériMuseum" ne peas êtnt e ca signes d’re questnetrang>
ps, mldo Mesret e7acrervé aJ0aon Pékttié avndideAffichix et dre questnetrasaue sdiffimp Agena respsée des je(à la vi,ier les boycrates, ls seuxisns .)/i><

v> v> > > >i> v> v>
-> l> v>
h2er" ids Con_ou_es bri_tip_ouiv clasbip_on_us setra-01" title> Affir/es brires, lesus-hp?rubris">Ss setra l">a> "">