Accueil > Inovations dues aux stages d’établissement > EGALITE FILLES-GARS / Parité-mixité > LES FEMMES DANS L’UNIVERS SCIENTIFIQUE

LES FEMMES DANS L’UNIVERS SCIENTIFIQUE

dimanche 21 juin 2015 par Joëlle Mirabaud

Cette action s’est poursuivie 2014/2015. Les photos de l’action avec les élèves sont dans la rubrique accompagnement personnalisé.

BILAN D’UNE ACTION 2014 / 2015, AXES CHOISIS : 1 et 2

Titre de l’action : LES FEMMES DANS L’UNIVERS SCIENTIFIQUE
Action reconduite : "Les femmes de génie sont rares" a évolué en s’élargissant.

BILAN PÉDAGOGIQUE
Élevés concernés : 210 élèves de 6 classes de Seconde.
Adultes concernés : Professeurs principaux de ces 6 classes et un autre professeur par classe
Intervenants extérieurs, nom et coordonnées : Association "Comédie des ondes", association « Hubertine Auclert », association femmes & mathématiques, association Française des Femmes Diplômées des Universités (AFFDU), association Femmes et Sciences.

1. Description de l’action durant l’année et son intérêt pédagogique :
Le dossier pédagogique a été élaboré en partenariat avec le centre Hubertine Auclert, qui a animé le stage d’établissement 2012 / 2013. La préparation a eu lieu sous forme d’un travail sur documents concernant les femmes remarquables et la parité dans les métiers, dans plusieurs matières de chaque classe de Seconde ; suivi de la distribution d’un questionnaire à remplir à la maison, contenant entre autre une recherche de questions à poser lors du débat. Les classes ont été regroupées par 3.
Nous avons bénéficié de l’intervention de l’association « Comédie des ondes » grâce à la subvention du projet par la région Île-de-France. Cette médiation scientifique a pour titre « Dans la peau d’une femme de science ». Les 2 acteurs nous ont interprété 2 « tableaux » de la pièce « Les femmes de génie sont rares ? » : « Marie Curie » puis « Emilie du Châtelet ». Chaque tableau a été suivi d’un débat mené par les 2 acteurs. De plus, nous avons bénéficié cette année de la présence de Mme Chantal ASTIER, généticienne de l’Université d’Orsay qui nous a fait par de son expérience !

2. Difficultés rencontrées au cours de l’action :
L’organisation de l’après-midi a présenté les difficultés inhérentes au nombre de personnes à regrouper. Les professeurs concernés étaient nombreux et ont eu à se relayer…
Heureusement, la présence du nouvel amphithéâtre a évité les problèmes rencontrés l’année précédente par l’utilisation d’une salle inadaptée.

3. Objectifs poursuivis :
Le projet « femmes de sciences » a pour but le développement de la conscience de soi en tant qu’individu et non en tant que fille ou garçon, la lutte contre les stéréotypes, l’égalité des choix d’orientation. Cette ouverture sur le monde a débuté par comparaison de biographies d’hommes et femmes célèbres en SVT, lettres et HG.
L’intervention de la Comédie des Ondes a enrichi les exemples proposés.
La découverte ultérieure des métiers scientifiques ouverts aux filles comme aux garçons s’est effectuée au cours de recherches sur Internet avec recherche sélective des métiers sans parité.

4. Résultats obtenus :
Ce projet a permis augmenter l’éventail de choix des élèves vis-à-vis de leur orientation scolaire et professionnelle permettant d’espérer une meilleure insertion dans l’emploi, d’assurer auprès des jeunes une éducation à l’égalité des sexes en travaillant notamment à la déconstruction des stéréotypes et d’intégrer l’égalité entre les sexes dans les pratiques professionnelles des adultes du lycée, acteurs et actrices du système éducatif.
Les élèves ont tous apprécié ce temps informel où ils pouvaient s’exprimer et obtenir des réponses précises et fiables sur des questions qui sont encore souvent difficiles à aborder.

o Evaluation : comment jugez-vous le résultat par rapport aux objectifs ?
Le résultat est très satisfaisant, vis-à-vis des remarques des élèves et de leur volonté de « bien faire les choses » pour garder un avenir ouvert.

o Etablir un lien entre résultats obtenus et moyens engagés (coût de l’action par élève)
La prise de conscience effectuée par certains élèves et les progrès faits par d’autres suffisent à rentabiliser cette action.
Les choix d’orientation en fin de seconde ont aussi évolués.

o Coût réel : bilan financier
Le coût a été de 600€ pour 2 séances avec chacune un tableau et un débat, plus le repas à la cantine pour les 2 acteurs et le responsable des sons et lumières.
L’Ile-de-France a pris en charge 470€ dans le cadre des « Projets lycée », le lycée a participé pour un montant de 130€.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Christine Joureau