Accueil > Inovations dues aux stages d’établissement > IMPRO THEATRALE > Quelques exemples d’improvisations

Quelques exemples d’improvisations

jeudi 3 novembre 2011 par Joëlle Mirabaud

Certaines activités proposées viseront à s’approprier l’espace, le corps, le regard et la voix alors que d’autres permettront d’élaborer des scènes en collaboration, de créer un esprit d’équipe ou une adaptation constante aux actions de l’autre.
Ces activités d’improvisation théâtrale mettent à l’honneur l’action et la parole soumises à une consigne : elles donnent un cadre à l’expression de soi à travers le spectacle vivant.
Les élèves sont demandeurs, intéressés, très à l’aise pour certains. D’autres mettront du temps à participer, on peut les y aider en créant un binôme de timides.
Les élèves ont tendance à se dissiper. Il faut installer un cadre précis, dès le départ, en précisant :
- les règles du jeu : chacun son tour, on ne coupe pas la parole, on ne se moque pas...
- la disposition matérielle : un groupe en cercle, 2 groupes face à face...

Intégration en début d’année :
Un élève dit à un autre : A quoi ressemble « x » ?
L’élève interpellé doit le décrire par un de ses aspects caractéristiques, puis il s’adresse à un autre élève en lui posant la même question.
Un système de gage peut stimuler l’échange.

Définition de terme de vocabulaire du cours :
Un élève tire au sort un des papiers préparés dans une boite et réalise un mime permettant aux autres de trouver ce que c’est. L’esprit du mime est du type du dessin dans le jeu de société pictionnary.

Compréhension d’une notion du cours :
La notion est écrite au tableau.
La classe est séparée en groupes de 4 ou 5 élèves.
Chaque élève doit avoir un rôle à jouer.
Les groupes s’isolent et ont 5 min pour choisir comment représenter la notion.
Puis chaque groupe joue sa scène de courte durée (2 à 3min).
Le mime peut être remplacé par un échange parlé.
Après chaque passage de groupe, ménager un temps pour que les spectateurs donnent leur avis.

Révision avant le contrôle :
Les notions importantes sont nommées sur des papiers cachés dans une boite.
La classe est séparée en groupes de 4 ou 5 élèves. Le chef de groupe tire au sort la notion à illustrer, une notion par groupe.
La classe a 5 min pour choisir comment représenter la notion.
Puis chaque groupe joue sa scène de courte durée (2 à 3min).
Après chaque passage de groupe, ménager un temps pour que les spectateurs donnent leur avis.

Comportement à problème :
Le ou les élèves en faute doivent inventer un jeu de rôle inversant la situation :
- le plus perturbateur devient "professeur" et doit gérer sa classe,
- les élèves bavards doivent montrer pourquoi ce qu’ils nécoutaient pas est important,
- les élèves sans vision d’avenir jouent une situation d’embauche avec le RH face au(x) candidat(s),
- les élèves qu’il faut toujours faire répéter doivent jouer sur la puissance vocale : je te parle doucement même si tu es loin (je ne cherche pas à me faire comprendre) ; je te parle fort même si tu es prêt (je t’éloigne virtuellement)...

Calmer l’angoisse :
- Respirer : Un seul élève : arriver haletant, s’asseoir, ranger quelques affaires, apaiser son souffle et dire " j’y suis, assis en paix". Un deuxième élève arrive, essoufflé, le premier le reçoit, adapte son rythme au sien, puis, progressivement ralentit sa respiration ce qui modifie la respiration du deuxième.
- Agir : Aller au tableau et réciter son cours en ayant le droit de faire une action répétitive calmante (se frotter les mains, faire sauter une gomme dans sa main…)
- Changer de personnage : épaules en avant/ en arrière, tête en avant/ en arrière, avancer la mâchoire inférieure, plier légèrement les jambes et appuyer son bassin à une table…


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Christine Joureau