Accueil > SCIENCES (SVT, SPC, Si, Mathématiques) > SVT = Sciences de la vie et de la Terre > Sorties et voyages > En Ile de France > Les 2°6 à la Cité des sciences

Les 2°6 à la Cité des sciences

samedi 25 octobre 2014 par Joëlle Mirabaud

  • A l’occasion de la 23ème édition de la Fête de la science, la Cité des sciences ouvre ses portes gratuitement vendredi 26/09/14. Les élèves de 2°6 bénéficient de cette sortie d’intégration qui est aussi une sortie culturelle.

Pour nous rendre à la cité des sciences, nous avons pris le train et 2 métros. C’était un peu long mais après je n’ai pas été déçue. Durant cette sortie, nous avons participé à 2 ateliers obligatoires et entre les 2 nous avons pu aller où nous voulions à condition d’être à l’heure ! C’était vraiment génial, et me rapproche un peu du métier que je rêve de faire. Laurie

Nous avons participé au premier atelier du professeur G. Pigé. Il nous a présenté et expliqué avec beaucoup d’humour des expériences. Par exemple un matériau dont nous ignorions l’existence, la pâte bleue qui se déforme sous les doigts comme une pâte à modeler mais qui ne garde pas cette forme : elle s’étire en forme de goutte sous sa propre masse, alors c’est un liquide, très visqueux mais un liquide quand même !
J’ai aussi aimé l’eau qui ne coulait pas dans le seau tête en bas lorsqu’on lui faisait faire de grands cercles rapides : la force centrifuge était plus forte que la force de gravité.
J’ai trouvé pour ma part intéressant le sirop qui sentait bon, dont la goutte posée sur mon doigt collait comme du sirop alors je m’attendais à un goût de sirop mais la goutte avait un gout très amer. Mon cerveau s’est servi de mon odorat et de mon toucher pour supposer que le goût serait sucré aussi ai-je été très surprise. Céléna
J’ai enfin compris des choses étudiées en collège. J’ai bien aimé la cité des sciences. Cécile

Deuxième atelier : Quand vibrent les cordes vocales.
Ce sont 2 plis musclés en haut de la trachée qui permettent de parler. Plis écartés, la personne aspire de l’air. Plis serrés la personne parle. Ces plis vibrent en fonction du son à produire, son amplifié par les caisses de résonance (bouche et fosses nasales) et modifié par leur forme.
Ces cordes vocales mesurent moins de 13mm chez l’enfant et la femme d’où leur voix aigüe et 15 à 20mm chez l’homme d’où sa voix grave. Même si certains hommes ont une voix largement plus aiguë que les femmes, on sait comme même que se sont des hommes car ils ont une façon différente de parler. Un fumeur a la voix cassée car les cordes vocales ont perdu leur souplesse.
Nous pouvons parler seulement avec les cordes vocales car la personne qui nous expliquait tout ça avait « parlé » avec un petit boîtier collé à son cou !
Certaines personnes ont la capacité de faire plusieurs sons en même temps (percussion, sifflet et même de la musique). C’est le beatbox . Laurine, Morgane, Mylène et Xéna

Entre ces 2 ateliers où la classe était inscrite, nous avons visité librement ce qui nous attirait.

J’ai admiré cet hélicoptère de la Sécurité Civile qui aide les pompiers pendant les missions qui nécessitent la présence d’un soutien aérien.

J’ai vu aussi un zeppelin, c’est un ballon qui s’élève grâce à la poussée d’Archimède car il est rempli d’un gaz plus léger que l’air. Ce ballon est dirigé par un élève couché dans la nacelle accrochée dessous. Cet élève agitait les rames aériennes qu’il tenait à bout de bras pour avancer, reculer, tourner. L’air n’est pas du vide, il est fait de gaz que les rames repoussent ce qui entraine un déplacement du ballon en sens inverse. Laurie, William

L’exposition interactive "Comment se forme le cerveau" raconte comment, chez l’embryon, le fœtus puis le nouveau-né se forme et se développe l’ensemble de notre système nerveux. C’est beau et impressionnant.

Entre les 2 ateliers, j’ai utilisé l’oculus rift. C’est un masque connecté à un ordinateur avec une sangle à l’arrière permettant de le bloquer devant les yeux a quelques centimètres. Ce masque permet à la personne le portant de voir comme si le jeu sur ordinateur était réel ce qui donne l’impression d’y être, de s’y déplacer. Cependant tous les jeux ne peuvent pas être adaptés à l’oculus, ce projet est en voie de développement donc de plus en plus de jeux ou programme sont a venir. L’oculus peut être utilisé pour donner l’impression d’être en voiture et de la conduire grâce a un fauteuil munis de pédales et d’un volant comme lors de la visite au salon ou peut être utilisé basiquement avec la souris et le clavier (ce qui réduit l’immersion dans le jeux). L’oculus suit le mouvement de la tête comme par exemple dans un jeux où il faut suivre un chemin, on peut tourner la tête et voir de ce fait sur les cotés (il y a des limites pour tourner la tête). L’oculus est pour le moment le plus utilisé pour les jeux vidéos pour être dans l’ambiance. Jonathan

Lors de la sortie faite à la cité de la Science à Paris j’ai bien aimée un mur ou l’on pouvait se prendre en photo et ou cette photo apparaissait sur se mur ou l’on était la tête de personnages. Cela était très marrant surtout quand on était deux voir trois dans la photo on aurait dit que le personnage avait deux ou trois têtes. Un très bon moment passé sans regret. Maëllys

Durant cette sortie, j’ai vu une exposition où j’entendais une voix d’un chanteur, d’un comédien, d’un acteur ou encore d’un sportif, et au même moment trois réponses s’affichaient à l’écran devant nous et un laps de temps m’était compté pour pouvoir buzzer la bonne réponse à l’aide de trois buzzeurs notés A, B et C. Cinq personnes pouvaient y participer et à la fin de ces dix questions, on avait le classement des cinq participants à l’écran. Rafael

De plus cette sortie a été aussi enrichissante car j’ai pris pour la première fois le métro. Céléna

Merci à Madame Mirabaud pour cette sortie (Laurie, Maëllys, Maxime, William et les autres)


Un événement terminé

À retrouver dans l'agenda


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Christine Joureau