Accueil > SCIENCES (SVT, SPC, Si, Mathématiques) > SVT = Sciences de la vie et de la Terre > En T°S spé svt > Variations climatiques à l’échelle géologique

Variations climatiques à l’échelle géologique

jeudi 18 août 2016 par Joëlle Mirabaud

Chapitre 6 de Terminale S spé

I : Climats changeant au cours des ères
A : Enregistrement des paléoclimats
p118, 121 : Les traces de variations climatiques importantes sont enregistrées dans les roches sédimentaires, d’autant plus précisément qu’elles sont fossilifères. Les fossiles, par l’intermédiaire du principe d’actualisme, indiquent un climat chaud (coccolithophoridés marins, fougères arborescentes continentales) ; ou un climat glaciaire (foraminifères dont le test est à enroulement senestre dans les eaux froides et dextre dans les eaux chaudes).
La nature des sédiments indique un climat chaud interglaciaire (bauxite, évaporite) ; ou froid glaciaire (tillite, moraine).
Le climat global désigne la moyenne des climats sur le globe terrestre. Des conditions climatiques cycliques ont existé au cours des ères.

B : Importance de la paléogéographie
p122, 123 : La tectonique des plaques a modifié la position des continents. La pangée était au pôle sud puis a migré vers le nord. L’albédo moyen terrestre a modifié les cycles glaciaires / interglaciaires.
Puis la Pangée s’est fractionnée avec la formation de l’atlantique. Le doublement des zones littorales a adouci le climat anciennement continental. Les courants marins et vents atmosphériques ont réparti la chaleur de l’équateur vers les pôles, accentuant la zone tempérée et ralentissant la formation des calottes polaires.
De plus la surface des continents a diminué au crétacé puis augmenté actuellement, le rapport de l’albédo continent / océan modifie l’absorption des IR donc les cycles climatiques.

II : Atmosphère réductrice puis oxydante
A : Le cycle du carbone influence les cycles climatiques
p124, 125 : Les puits de carbone (végétaux réalisant la photosynthèse, océans captant le CO2 par dissolution) diminuent la concentration en CO2 atmosphérique donc l’effet de serre. Le nombre de stomates des végétaux varie en fonction de la [CO2atm].
La formation de roches carbonées (hydrocarbures) et carbonatées (calcaire, craie) a entraînéle stockage de CO2 à long terme, diminuant l’effet de serre. L’érosion ou la combustion de ces roches relâche du CO2atm.
Les sources de carbone (volcans, feux de forêt, activités anthropiques) renforcent l’effet de serre.

B : la biosphère modifie l’atmosphère
p126, 127 : L’atmosphère initiale de la Terre riche en CO2 et sans O2, était différente de l’atmosphère actuelle. L’histoire de cette transformation se trouve inscrite dans les roches, en particulier celles qui sont sédimentaires.
Sa transformation est la conséquence, notamment, du développement de la vie : les cellules capables de photosynthèse ont relâché du O2 qui a saturé les océans puis a dégazé dans l’atmosphère , suffisamment pour que la couche d’ozone se forme, bloquant les U.V. solaires et permettant la colonisation des continents.
En même temps, le CO2 a été piégé par le phytoplancton capable de photosynthèse, et dissout dans les océans sous forme d’ions carbonate et hydrogénocarbonate (CO32- et HCO3-) qui ont ensuite précipité en calcaire (CaCO3) et bioprécipité en tests accumulés sous forme de craie.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Christine Joureau