Accueil > SCIENCES (SVT, SPC, Si, Mathématiques) > SVT = Sciences de la vie et de la Terre > En 1°S > De l’œil au cerveau

De l’œil au cerveau

samedi 27 août 2016 par Joëlle Mirabaud

Chapitre 7 de 1°S

I : Le rôle essentiel de la rétine
A : Localisation de la rétine
p292 : L’œil est constitué de 3 enveloppes emboîtées. A l’arrière se trouvent la sclérotique blanche, la choroïde noire et la plus interne est la rétine irisée. La sclérotique se prolonge vers l’avant par la cornée protégée par la conjonctive, la choroïde se prolonge par les muscles ciliaires et l’iris.
p293 : Le cristallin est formé de cellules vivantes qui renouvellent en permanence leur contenu, ce qui entretient sa transparence. Avec l’âge sa transparence et sa souplesse peuvent être altérées.

B : Photorécepteurs
p294, 295 : L’observation au microscope d’une coupe de rétine révèle 3 couches d’apparence granuleuse car riches en noyaux cellulaires. La couche la plus proche de la choroïde regroupe les cellules photoréceptrices dont le prolongement est en forme de cône ou de bâtonnet. Chez l’homme, cette couche contient 6,5 millions de cônes et 130 millions de bâtonnets. La fovéa (zone centrale de la rétine) ne contient que des cônes (environ 30 000). En s’en éloignant, la proportion de bâtonnets devient de plus en plus grande jusqu’à 100% en périphérie.

C : Évolution des pigments rétiniens
p296, 297 : Chez l’homme existent 3 types de cônes respectivement sensibles au bleu, au vert et au rouge. Ils contiennent chacun une sorte d’opsine, pigment absorbant une longueur d’onde spécifique. Ces opsines sont des protéines dont les gènes sont portés par 2 chromosomes différents. Des anomalies des pigments rétiniens se traduisent par des perturbations de la vision des couleurs (daltonisme).
Les bâtonnets sont sensibles à l’intensité lumineuse (nuances de gris). Leur pigment est la rhodopsine.
p298, 299 : L’étude comparée des pigments rétiniens permet de placer l’Homme parmi les Primates. Un gène ancestral a été dupliqué. Chaque copie a pu muter différemment. Plus un gène diffère d’un autre gène homologue (de même famille multigénique) plus les espèces porteuses se sont séparées depuis longtemps.

II : De la rétine au cerveau
A : Neurones rétiniens
p294 : A mi-épaisseur de la rétine, se trouvent les neurones bipolaires (=cellules nerveuses à 2 synapses).
Le bord central regroupe les neurones ganglionnaires, leurs fibres formant le nerf optique. Le départ du nerf optique est une zone de la rétine sans photorécepteur, nommé point aveugle.
Ces neurones ont été excités par les neurones bipolaires en contact. Eux-même ont transmis l’impulsion de nature électrique créée par les photorécepteurs stimulés par un objet éclairé.
Le message nerveux de nature électrique (schéma) est un signal bref, d’amplitude constante. La fréquence de ces signaux traduit l’intensité de la stimulation visuelle.

B : Voies visuelles
p308 : Les 2 rétines se prolongent vers l’arrière en devenant les 2 nerfs optiques, chacun étant constitué de plus d’un million de fibres nerveuses qui sont les prolongements des neurones ganglionnaires de la rétine.
Ces 2 nerfs se croisent à l’arrière des yeux sous le cerveau au niveau du chiasma. Ils communiquent leurs sensations à d’autres neurones des corps genouillés latéraux. Ces neurones relaient ces informations visuelles jusqu’à l’arrière du cerveau.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Jules-Hardouin Mansart de Saint Cyr L’Ecole (académie de Versailles)
Directeur de publication : Christine Joureau